Chers employés : voici comment quitter votre poste

Les ingénieurs sont très demandés et peu nombreux. Cela signifie-t-il qu’ils devraient chercher de meilleures options ailleurs? Peut-être. Mais peut-être pas.

En 2021, plus de 47 millions de personnes ont quitté leur poste et 41 % des effectifs mondiaux disent envisager de démissionner en 2022. En fait, en juin 2022, les taux de démission restent supérieurs à quatre millions pour le 12e mois consécutif. Les raisons sont diverses : épuisement professionnel, meilleur salaire, plus grande flexibilité, désir d’un travail important, leadership plus favorable, cultures plus saines, occasions passionnantes, etc.

Comme la demande de travailleurs dépasse de loin l’offre de main-d’œuvre — même dans un contexte de récession possible — les demandeurs d’emploi ont le choix. En particulier dans les disciplines de l’ingénierie, où les offres d’emploi dépassent largement le nombre de travailleurs disponibles pour les pourvoir.

Une étude de la division d’architecture et de génie de l’Engineering Management Institute de 2022 a révélé que « près de deux professionnels de l’architecture et du génie sur trois envisagent de démissionner au cours des 12 prochains mois ».

Pour beaucoup de ceux qui ont démissionné, la décision a changé leur vie. Elle était même tardive.

Pour d’autres, la participation à la « grande démission » s’est rapidement transformée en grand regret. « J’ai quitté l’entreprise pour un meilleur salaire, mais j’aurais aimé savoir que cela allait de pair avec un patron adepte de la microgestion. Malheureusement, je n’ai pas réussi à laisser la porte ouverte chez mon précédent employeur », a déclaré Paul, ingénieur électricien. « Au moins, maintenant j’ai une meilleure idée de ce que je dois rechercher et demander lors de mon prochain entrevue. »

L’expérience de Paul soulève quelques questions importantes pour ceux qui envisagent un changement :

  • Comment savoir si la démission constitue le bon choix?
  • Si c’est le cas, comment fait-on exactement pour quitter un emploi?

« Un salarié sur cinq ayant quitté son emploi pendant la « grande démission » le regrette. » Forbes

Comment déterminer si la démission est la bonne solution

La contagion du roulement est réelle. Will Felps, qui enseigne la gestion à l’université de Nouvelle-Galles du Sud, a dirigé une étude de 2009 sur la contagion du roulement. Avec son équipe, il a constaté qu’une seule démission pouvait entraîner une recrudescence des démissions en raison de « l’effet sur les pairs ». En d’autres termes, le comportement d’une seule personne peut grandement influencer des comportements semblables chez d’autres personnes.

LinkedIn a récemment demandé à ses utilisateurs : La démission d’un collègue vous a-t-elle amené à envisager vous aussi de quitter votre emploi?

Sur les 25 881 personnes qui ont répondu, près de 60 % ont répondu : OUI.

Lorsque des coéquipiers démissionnent, la réflexion courante est la suivante : « devrais-je démissionner aussi? »

La seule façon d’en être sûr est d’être parfaitement clair sur les raisons qui vous poussent à démissionner :

  • Sans hésiter, si votre culture d’entreprise est toxique, si votre patron est un tyran ou si votre équipe est une bande de misérables, il est probablement temps de chercher ailleurs.
  • Toutefois, si vous envisagez de partir parce que d’autres l’ont fait ou parce qu’il y a des parties de votre travail que vous n’aimez pas, mais qu’il y a autant ou plus de parties que vous aimez, le départ ne vous rapprochera peut-être pas de ce que vous voulez.

Cependant, votre patron pourrait y arriver.

« Lorsque j’entends parler du départ d’employés, j’entends aussi parler du manque de communication qui mène aux conversations finales. Ce que je trouve intéressant, c’est que la démission est souvent la première fois qu’un responsable apprend qu’un employé ou une employée est mécontent(e) ou insatisfait(e). Ce que j’ai compris, c’est que si un employé ou une employée mû ou mue par une solide éthique de travail et une attitude positive fait part à son supérieur de ce dont il ou elle a besoin ou de ce qu’il ou elle n’obtient pas, celui-ci répondra par des solutions – un salaire plus élevé, des projets différents, un changement de poste, de la flexibilité. Toutefois, si l’employé(e) ne communique pas et que le responsable ne se renseigne pas, il est alors trop tard et l’employeur ne peut rien faire. »Martin Schager, directeur des opérations stratégiques à Actalent

La vérité, c’est que beaucoup de gens ont du mal à engager ces conversations, même s’ils savent qu’ils devraient le faire, même si cela leur serait bénéfique, même si cela leur éviterait beaucoup de regrets. S’il y a une ou deux choses que vous n’aimez pas dans votre travail, un nouveau poste pourrait y remédier, mais il pourrait aussi déboucher sur de nouvelles choses que vous n’aimerez pas et auxquelles vous ne vous attendiez pas. Dans d’autres cas, l’expérience annoncée n’est pas celle qui est proposée.

Annamarie, gestionnaire de projet, a eu « la conversation » avec son patron et elle a été heureuse de le faire. « Une amie vient de quitter son emploi à cause des longues heures et de l’épuisement professionnel. Elle voulait passer plus de temps avec sa famille et pensait que le départ était le seul moyen d’y parvenir. J’étais aux prises avec les mêmes sentiments depuis un certain temps et je me demandais si la démission était une option pour moi aussi. Cependant, après une conversation avec mon responsable, il a réorganisé mes projets et m’a accordé plus de flexibilité. Le fait de rester était une meilleure option pour moi et je suis contente d’avoir eu cette conversation. »

Avant de démissionner, faites une liste des raisons pour lesquelles vous êtes malheureux(se) ou insatisfait(e) et recherchez une solution pour y remédier. Par exemple :

+Je n’ai pas eu de hausse de salaire depuis plus d’un an et ma motivation en a pris un coup. Voici comment je sens que ma valeur a augmenté (décrire cela). J’aimerais avoir une hausse de salaire; pouvez-vous m’aider à l’obtenir?

+ Le trajet que je dois parcourir devient difficile et je me prive de beaucoup de choses à la maison. J’aimerais travailler à distance deux jours par semaine.

+ Je travaille dans le cadre des mêmes projets depuis un certain temps et je reçois toujours des projets semblables qui ne me passionnent pas. Je souhaite vraiment travailler dans tel ou tel domaine. Pourriez-vous m'aider à y parvenir?

La plupart des gestionnaires sont des personnes raisonnables, qui vous soutiennent et qui veulent vous aider à vous sentir heureux(se) et vous voir réussir. Si le ou la vôtre ne le fait pas et que vous ne vous sentez pas capable d’avoir cette conversation avec lui ou elle, il est probablement temps de passer à autre chose.

Si vous voulez démissionner, faites-le comme un pro.

Certaines personnes regrettent d'avoir démissionné, d'autres regrettent la façon dont elles l'ont fait.

Bien qu’il puisse être tentant de s’attaquer à cette vidéo virale sur les médias sociaux, ne le faites peut-être pas. Même si vous êtes certain de ne jamais revenir, les choses changent. Le monde est petit. Les carrières sont longues. Les trajectoires se croisent, se croisent et se croisent. Démissionner comme un professionnel signifie honorer les relations que vous avez créées, garder les portes ouvertes pour l’avenir et respecter les leçons que cette expérience vous a enseignées.

Lorsque vous vous préparez à informer les gens de votre décision, il peut être utile de le faire sous cet angle : comment puis-je me comporter de manière à ce que cette entreprise, ou mon responsable, n’hésitera pas à me reprendre à l’avenir?

1. Élaborez un message clair et cohérent.

Le moment venu, vous devrez transmettre rapidement le message aux personnes qui doivent l’entendre de votre bouche, en particulier votre supérieur immédiat. Dès qu’une personne le découvrira, tout le monde le saura. Donc faites votre liste : qui doit entendre les nouvelles de votre part?

2. Déterminez le délai de préavis que vous allez donner.

Cette décision tient compte de vos besoins, mais aussi de ceux que vous avez appris à aimer. Préparez-vous à offrir un récapitulatif complet des projets en cours et des tâches connexes, ainsi qu’un plan sur la manière dont vous allez contribuer à la transition des projets, idéalement sur une période de deux à trois semaines. La façon dont vous contribuez à la transition pourrait être la dernière empreinte que vous laisserez sur une organisation et vous devriez la rendre aussi positive que possible. Toutefois, ne restez pas trop longtemps. Une fois que les gens auront compris la nouvelle de votre départ, ils passeront rapidement à autre chose. Le dépassement de la durée du préavis sera plus difficile pour tout le monde.

3. Déterminez le bon mode de communication.

Le face-à-face est la meilleure option si vous avez une relation forte ou à long terme avec votre responsable. Si votre relation est tendue ou difficile, une conversation téléphonique ou vidéo serait également adéquate.

Le courriels ou les textos ne doivent être utilisés qu’en dernier recours, car le ton ne se traduit pas par les courriels ou les textos et il serait facilement mal interprété.

4. Préparez-vous à diverses réactions.

Contre-offres, surprise, larmes, colère, frustration et désespoir. Préparez-vous à tous les scénarios possibles et préparez une réponse courante : « je sais que c’est surprenant et déstabilisant, mais je vous remercie de votre appui et j’accorderai toujours de l’importance à ce que j’ai appris ici ».

Proposer une sortie de la conversation serait également un geste gracieux pour un responsable surpris ou déçu et une façon pour vous de vous extirper d’une situation pénible : « je sais que c’est surprenant et décevant. Je vais vous donner un peu de temps pour digérer cette nouvelle. N’hésitez pas à me joindre si vous avez des questions ou si vous voulez connaître les prochaines étapes ».

Dans le meilleur des cas, votre employeur sera déçu, mais vous remerciera également de la valeur que vous avez apportée à votre poste et exprimera l’espoir que vous envisagerez de revenir un jour. Après tout, un bon employeur aime les boomerangs*, surtout ceux qui travaillent — et démissionnent — comme des professionnels.

* Employé boomerang : un employé qui quitte une organisation, mais revient par la suite.